Sur « la chasse au Sha Qi »

Vous entendrez souvent les amateurs de Feng Shui utiliser cette expression. Mais que veut-elle dire ? Cette notion chinoise va vous sembler très vite plus familière.

Quand vous rangez, triez, nettoyez, vous chassez le Sha Qi. Cela sonne un peu plus français, n’est-ce pas ? Le « Qi » est un concept dont vous avez certainement déjà entendu parler. On le traduit généralement par « énergie » ou « souffle ». Telle la « nuée », le Qi est invisible, impalpable et incolore, mais mobile, il se charge de ce qu’il rencontre sur son chemin. Abstrait et concret sont ici liés. Si le Qi trouve en route de la saleté ou de l’encombrement, il s’imprègne de leur nature défavorable. Il s’incarnera tout autrement s’il entre dans un espace bien entretenu qui « respire ». On distingue ainsi le « Sha Qi », qui plombe notre énergie, nous tire vers le bas, nous étouffe ou diminue notre vitalité, du « Sheng Qi », qui, au contraire, stimule cette dernière et nous apporte de la joie, de la force, de la puissance. Le tri et le rangement font donc partie du « Sha Qi » mais la notion concerne plus globalement l’entretien général de l’habitat. Il peut être aussi subtil qu’un robinet qui fuit ou une porte-fenêtre qui crisse quand on la ferme. Il peut aussi se cacher derrière une peinture à la cave qu’on ne supporte pas ou un méli-mélo de fils entremêlés masqués par une commode. Et n’ayez crainte, le but n’est pas de devenir minimaliste (sauf si c’est votre rêve), mais de ressentir du bien-être, de la sérénité, de la fluidité.

Un jeu à faire chez soi : repérez le Sha Qi visible ou caché ! L’identifier, en avoir conscience, c’est faire un grand pas en avant, on pourrait même dire un « grand bond », mais ce serait un peu plus maoïste plus que taoïste.

Pour en savoir plus :

Un excellent article d’Olivia Roy sur le Sha Qi :

https://www.facebook.com/notes/853301598744742/

Sur le rangement :

Pour une approche différente de celle de Marie Kondo (par ailleurs très intéressante), je vous recommande la lecture de Ciao Bazar du coach et conférencier Thomas Siceaux.

Publié par Sonia Pavlik

Ma passion pour la philosophie traditionnelle chinoise remonte à l'enfance. Mon père avait vécu en Asie et me parlait de Confucius, du Tao, d'acupuncture, du Yi King et de Feng Shui. Plus tard, j'ai relié mes activités de prédilection pour proposer mes services de coaching de la maison et d'accompagnement pour prendre soin de sa créativité et de sa vitalité autour de l'écriture. Journaliste pendant 15 ans, j'ai travaillé sur la consommation écoresponsable et transmets cette sensibilité dans mes diagnostics.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :